MEMORADUM AEESGS

I

MEMORANDUM

Créée dans les années 60, l’Amicale de Elèves, Etudiants et Stagiaires Guinéens au Sénégal (AEESGS) est une association apolitique et à but non lucratif qui a pour mission, l’intégration et la promotion de ses membres.

Dans le cadre de ses activités, l’Amicale organise chaque année une journée d’intégration et une journée culturelle pour valoriser et promouvoir la culture Guinéenne. Elle organise également des tables rondes, conférences et cours de révision pour le renforcement des capacités de ses membres.

Au titre des activités, elle est composée d’un Bureau Exécutif et d’une Assemblée Générale.

Malgré ses efforts pour l’amélioration des conditions d’étude, l’Amicale est confrontée à un manque de moyens pour concrétiser tous ses projets. Ce qui entrave la réalisation de son programme d’activités.

Le présent mémorandum fait état de la situation des Elèves et Etudiants Guinéens au Sénégal

       I.            Catégories d’étudiants

Il existe deux catégories d’étudiants: ceux du public et ceux du privé. Parmi ceux-ci, il y en a qui bénéficient de l’aide de l’Etat et d’autres n’en bénéficient pas. Il est important de signaler que le nombre d’étudiants bénéficiaires d’aides est nettement inférieur à celui des étudiants non bénéficiaires.

Ces étudiants ont des difficultés communes mais aussi des difficultés spécifiques selon qu’ils soient du public ou du privé.

    II.            Difficultés rencontrées

D’une manière générale, la situation des étudiants guinéens est très précaire. Ce qui pousse certains à changer de nationalité ou à prendre la double nationalité pour échapper à certaines charges liées à la formation. D’autres se trouvent obligés d’abandonner les études.

1.      Les étudiants des universités publiques:

L’accès aux universités publiques pose généralement problème. L’équivalence de diplômes évoquée par les autorités compétentes sénégalaises oblige parfois certains de nos compatriotes à aller dans les universités privés.

Ø  Les coûts élevés des frais d’inscription et du droit de bénéficier des œuvres universitaires:

ü  Le premier s’élève à 150 000 FCFA (5000 FCFA pour les sénégalais)

ü   Le second à 250 000 FCFA (8000 FCFA pour les sénégalais)

Ø  Difficile accès des étudiants guinéens à la faculté de médecine et de pharmacie

2.      Les étudiants des universités privées:

Nous entendons par étudiants des universités privées, l’ensemble des étudiants des études supérieures techniques, professionnelles et universitaires. Les problèmes de ces derniers sont principalement liés aux:

Ø  Frais d’inscription

Ø  Frais de scolarité

Il y a parmi eux,

Ø  Ceux qui bénéficient des soutiens financiers des parents, peu soient-ils, dans le cadre de leurs formations.

Ø  Et d’autres sont à leurs propres charges. Ils sont obligés soit de faire le gardiennage soit de travailler dans les restaurants et d’autres de dispenser les cours à domicile.

Recommandations

Ø  Négocier la réduction des frais d’inscription et l’accès aux services sociaux au niveau des universités publiques avec le gouvernement sénégalais.

Ø  Dans l’octroi de bourses ou aides, tenir compte de l’équilibre entre les étudiants du public et ceux du privé.

Ø  A défaut de généraliser les bourses ou aides, selon les moyens de l’Etat, les élargir sur un nombre consistant pour le court terme (au moins 60% des étudiants).

Ø  Associer l’amicale à la gestion des problèmes des étudiants

Ø   l’octroi d’une subvention annuelle à l’amicale pour assurer le bon fonctionnement du bureau

Ø  Octroi d’un siège social à l’amicale pour  la centralisation de ses activités

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×