Maroc: Les étudiants guinéens

Maroc: Les étudiants guinéens n’en peuvent plus !!!

Incroyable mais vrai !!! Les étudiants guinéens au Maroc étaient, dans un passé récent, les plus respectés de la grande communauté des étudiants africains au Maroc, aussi bien par les autorités du Royaume que par leurs amis d’autres pays. Aujourd’hui, ils sont tout simplement personna non grata sur le sol du Royaume chérifien.

Le Royaume du Maroc était la seconde patrie des étudiants guinéens dans un passé non lointain. C’était une période pendant laquelle, non seulement, ils percevaient régulièrement leur bourse, ils avaient la possibilité chaque vacance, d’aller voir les parents au pays mais aussi ils disposaient en toute transparence de leur caisse de sécurité sociale. Aujourd’hui, tout ça n’est que bon souvenir… ha oui souvenir quand je vois la situation dans laquelle ils vivent actuellement, regrette un ancien étudiant guinéen du Maroc.

Les boursiers de l’Etat guinéen au Maroc… l’unique fierté de l’institution éducative guinéenne. Dans un système où la promotion de la médiocrité est la règle, l’incompétence un mode vie, et la notoriété de l’inconscience qui n’a d’égal ailleurs, les étudiants que l’Etat guinéen envoie au Maroc comme boursiers après le bac méritaient de poursuivre leur études dans les pays développés comme la France, l’Angleterre, les USA, le Canada… parce qu’ ils constituent les seuls et véritables lauréats du Pays, au lieu de cela, on les débarque au Maroc au profit des médiocres qui doivent leur seule et unique chance d’avoir un papa Ministre ou Directeur , envoyer dans ces pays développés, où ils brillent de par leur manque de niveau . Car occupant des places qui ne sont pas les leurs.

En effet, le Maroc représente le pays comportant le plus grand nombre de boursiers de l’Etat guinéen ; chaque année il reçoit les lauréats guinéens de tous les profils confondus. Avec la promesse qu’ils bénéficieront des bourses d’études leur permettant de réussir leur cursus universitaire. Une promesse bonne à entendre dans un pays où rien ne va comme la Guinée. Deux années successives sans bourse

Dans le vocabulaire des étudiants guinéens au Maroc, le mot bourse n’existe pas. Ici, on ne parle que d’arriérés ou des arriérés. « je suis boursier de l’Etat au Maroc depuis deux (2) ans, jamais un seul jour je n’ai perçu 1 franc » affirme un étudiant de la Faculté de Droit de Rabat, « Mes parents n’ont pas les moyens en Guinée, je n’ai aucun soutien financier et pourtant , avant de quitter la guinée, l’Etat nous avait promu la bourse, qui d’ailleurs n’est plus à la hauteur du coût de vie au Maroc … Je n’ai pas la cité universitaire, je dors avec des amis étudiants du Mali et je mange quand ils veulent, j’ai même honte » ajoute -il les larmes aux yeux.

« Mois je suis au Maroc depuis trois (3) ans, je viens de terminer mes examens, et je vous dis tout simplement que j’ai rien “foutu “. En classe, tout mon calcul se résume à ce que je vais manger à la maison, comment je vais payer mes factures d’eau et d’électricité, est ce que mon bailleur m’attend à la maison pour le loyer ? Je ne l’ai pas payé, il y a de cela cinq (5) mois. » dit cette étudiante à la faculté d’économie de Marrakech, et d’enchainer « Quant à l’épicier, il détient mon passe port et ma carte de séjour comme gage, je n’ose même plus passer devant sa boutique »

« La faute, pour moi, est imputable à la corruption, à la lourdeur bureaucratique et à la mauvaise foi affichée de l’autorité guinéenne. Avec une bourse mensuelle de cinquante (50) dollars, et qui, il faut le souligner ne vient jamais, les étudiants Guinéens restent les plus pauvres ici au Maroc. Cette maigre bourse ne vient jamais , alors que le coût de vie a fortement augmenté ici » témoigne Alpha, « Nous les garçons, n’avons plus d’amis, nos amis des autres pays nous fuient, quant aux filles, on peu carrément parler de prostitution » a-t-il ajouté.

Les étudiants qui étaient très brillants en guinée viennent échouer au Maroc, pas parce qu’ils ne peuvent pas tenir le rythme des études, mais tout simplement parce qu’ils ont d’autres soucis que les études ; comme dit un adage : le sac vide ne peut se tenir debout. Durant les vacances, certains étudiants, même ayant deux années d’ancienneté au Maroc ou plus, faute de moyens pour rentrer au pays sont contraints de rester sur place et tirer le diable par la queue, à défaut de pactiser avec lui.

Et l’ASEGUIM (Association des Stagiaires et Etudiants Guinéens au Maroc) dans tout ça ?

Avec le manque de moyen des parents, abandonné par l’Etat, ignoré par l’ambassade de Guinée au Maroc, l’ASEGUIM qui devait jouer le rôle de porte parole des étudiants, n’est plus qu’un instrument contre les étudiants quand on sait que ses pères fondateurs des années 80, avaient mis en place cette institution pour défendre les intérêts des étudiants guinéens au Maroc. Une institution créée par les étudiants, composée d’étudiants, pour les étudiants n’est plus que l’ombre d’elle-même. Il est temps pour les autorités compétentes d’agir immédiatement, car l’homme qui a faim ne se fixe pas de limite. Si non le Mouvement de Défenses des Droits des Etudiants Guinéens au Maroc prendra les choses en main. Ce mouvement est composé de tous les étudiants guinéens au Maroc collectivement et individuellement.

Mouvement de Défenses des Droits des Etudiants Guinéens au Maroc
Source: http://www.radio-kankan.com
22/02/2010

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×